Dans cet article, je vais répondre à certaines objections qui reviennent régulièrement lorsqu’on parle du trading sur options.

Je vais essayer ici de lever ces objections et vous donner quelques conseils pour vous donner envie d’essayer les options.

Trop d’impôts, de taxes et pas d’avantages fiscaux

Dans les objections au trading d’options, j’ai eu cette remarque : « il y a trop d’impôts sur les plus-values ».

Certes, il y a des impôts. Et malheureusement, on ne peut pas trader les options dans un PEA. On est obligé d’ouvrir un compte titres et on va être taxé au premier € ou $ de gains.

Cependant, nous sommes taxés uniquement sur les plus-values et en fonction de notre situation fiscale, cet impôt pourra donc être plus ou moins élevé. Mais il en restera toujours suffisamment.

Le PEA est plus intéressant fiscalement que le compte titre mais il est extrêmement limité en termes d’investissements et de spéculation. Un compte de trading offre de biens meilleures possibilités de diversifications et de rendements. Notamment grâce au trading sur options.

Pour ceux qui trouvent qu’ils paient trop d’impôts, dites-vous que vous payez pour les autres… En effet, ceux qui devraient payer le plus d’impôts n’en paient pas ou très peu. Je vous invite à lire ce livre qui montre à quel point la fraude fiscale profite aux gros et comment elle est organisée au niveau mondial.

Un autre exemple concernant le fameux trou de la sécu. Regardez ce superbe reportage de Cash Investigation et vous verrez que ceux qui trichent ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

La vente d’options, c’est trop risqué !!

Cette croyance que la vente d’options est trop risqué a la vie dure. Et pour cause, elle prend sa source dans la réalité puisqu’on trouve des centaines de témoignages d’amateurs et même de professionnels qui ont cramé leurs comptes en vendant des options.

Ce qu’on oublie de dire à chaque fois, c’est que ces personnes ont vendu leurs options n’importe quand ou n’importe comment et surtout en utilisant du levier.

Je vais vous démontrer avec cet exemple ci-dessous, que la vente d’option SANS levier est moins risqué que l’achat de l’actif lui-même.

Pour cela, je vais prendre un exemple avec un trade sur le SPY (ETF du SP500). Si on avait acheté 100 actions SPY à la clôture du 25 août 2022 et constaté le résultat le lendemain à la clôture après une baisse de 3,4% du SP500, notre compte aurait affiché une perte de $1420.

En comparaison, si au lieu d’acheter 100 actions, on avait vendu un Put (1 Put = 100 actions) alors comme le montre ce backtest ci-dessous réalisé avec TradeMachine Pro, la perte n’aurait été que de $334.

Désolé, mais sachant cela, vous n’avez plus l’excuse de dire que la vente d’option est trop dangereuse 😉

Les options, c’est TROP compliqué !!

Bon, là, je vais avoir du mal à argumenter le contraire… 😉

Cependant, je ne dirai pas TROP compliqué, je dirais plus compliqué que le trading classique. Mais les possibilités sont également beaucoup plus nombreuses.

Je vais tenter une comparaison. Le trading classique, c’est le jeu de la bataille :

C’est binaire. La plus grosse carte l’emporte. En trading classique, c’est binaire également. On achète, l’actif monte, on gagne. L’actif baisse, on perd.

Le trading sur options, c’est le Bridge :

Les règles sont beaucoup plus complexes que celle de la bataille, mais par contre, jouer au Bridge est beaucoup plus intéressant et passionnant que de jouer à la bataille.

Voici quelques exemples de stratégies que l’on peut faire avec des options :

Maintenant à vous de voir si vous préférez jouer à la bataille ou au Bridge…

Les Grecques, on n’y comprend rien.

Objection de complexité qui est dans la continuité de la précédente.

C’est une des erreurs du débutant. Toujours s’imaginer qu’il doit tout comprendre et tout maitriser avant de commencer à trader les options.

Quand on apprend à conduire, le moniteur ne nous dit pas: « tiens, prends le volant. A gauche l’embrayage, au milieu le frein et à droite l’accélérateur et débrouille toi». Non, à la première heure de cours, le moniteur nous donne uniquement le volant. C’est lui qui gère les pédales et on tourne en rond dans un parking désert (de préférence).

Vous pouvez très bien commencer les options sans connaitre la formule de Black & Scholl par cœur et sans savoir avec précision l’implication de toutes les grecques Gamma, Vega, Thete, Rho, Charm, Vomma…

La seule grecque qu’il faut connaitre et comprendre lorsqu’on commence les options, c’est le Delta.

L’utilisation des autres grecques viendra ensuite…

 

Les options, comment débuter ?

On débute doucement avec des stratégies simples.

De la vente de Puts SANS levier dans l’idée d’acheter le sous-jacent si on est assigné. Puis des ventes de Calls lorsqu’on a reçu les actions en portefeuille (en mode investissement).

Si vous souhaitez vous faire accompagner pour un petit prix, cette formation pour booster vos investissements est faites pour vous.

Ou alors si on veut faire de la spéculation, on va utiliser des stratégies à risques limités comme l’achat de Calls et de Puts qui serviront de trading directionnel ou alors qui viendront couvrir les positions sur actions ou futures par exemple.

Pendant qu’avec votre portefeuille réel, vous utilisez les stratégies simples et SANS risques, vous pouvez utiliser en parallèle votre compte démo pour tester et vous faire la main sur les stratégies complexes. Le compte démo est l’ami du trader sur options mais il est malheureusement souvent peu employé.

Savez-vous combien de temps passe un pilote à voler à vide avant d’effectuer son premier vol avec passagers ?  Plus de 1000 heures !!

Alors bien entendu, ce n’est pas des vies qui sont en jeu ici, ce n’est « que » votre argent. Mais bon, ce n’est peut-être pas une raison pour le gaspiller en réel. Autant perdre sur un compte démo pour avoir une chance de gagner ensuite sur un compte réel.

Voici le replay du webinaire du 12 décembre 2022 où je suis entré en détails dans les objections au trading sur options. 

Merci de mettre un pouce si vous appréciez.

%d blogueurs aiment cette page :