Call Write Index Intro

Mon article du mois dernier dans lequel je prouvais que la vente d’options n’était pas dangereuse avait suscité des commentaires et des réactions. Il faut dire que je n’y étais pas allé de main morte en disant que ceux qui prétendaient le contraire ne savaient tout simplement pas faire. C’était volontairement provocateur, le but de mon blog étant de faire réagir. J’espère qu’il en sera de même pour cet article où je vais vous faire découvrir le Celtinvest Call Write Index.

 

“Celtinvest” Call Write Index.

Je vous avais présenté le Put Write Index du CBOE qui montre que vendre des Puts sur le SP500 est non seulement plus rentable mais également moins volatile que d’être à l’achat sur le SP500. Le Call Write Index n’existe pas. J’ai donc décidé de faire l’étude moi-même et de vous montrer les résultats.

Voici comment j’ai procédé :

Comme pour le Put Write Index, je n’ai pas utilisé de levier. Je suis parti d’un compte qui me permettait de vendre un Put sans levier. Pour que le compte soit « cramé », il aurait fallu que l’indice double en un mois. Un mois, étant le délai d’expiration de chaque Call vendu. Le Call étant le premier Call OTM exclusivement composé de valeur temps. Lorsque nous arrivons à l’échéance, je constate le gain ou la perte, puis je simule la vente d’un nouveau Call. Contrairement au Put Write Index, les frais sont inclus avec $2 par contrat et j’ai pris le prix du Bid. Ce que je vous déconseille de faire comme je l’explique dans cette vidéo. J’ai commencé l’étude le 17/01/2003 et je l’ai arrêté à l’expiration de la semaine dernière. Dans le prochain paragraphe, je vous donne les résultats de ces 170 trades.

 

Call Write Index, résultats.

Ci-dessous le résultat graphique de deux portefeuilles de $100 000 au 17/01/2003. Le bleu représentant un portefeuille intégralement investit dans le SP500. Le rouge étant un portefeuille sur lequel on ferait de la vente de Call sans levier.

Call Write Index Résultats

Comme vous pouvez le constater, la vente de Call systématique n’est pas rentable puisqu’au final, le portefeuille Celtinvest Call Write Index (CCWI) est de ~$69 900 alors qu’il est de ~$256 000 pour le SP500. Cependant, le CCWI ne devient négatif définitivement qu’à partir du trade 123 (20/12/2012). Il a réussi à rester « neutre » pendant presque 10 ans. Alors, certes la stratégie qui a quand même un taux de réussite des trades de 57%, termine avec une performance négative de -30,1%. Mais on est loin du cramage de compte et de la « mort » de l’investisseur.

Il n’y a que deux mois dont la perte est supérieure à 10% et la pire perte est de 20% (échéance novembre 2014). Bien que cela soit de grosses pertes, encore une fois, ce n’est pas la « mort » !

Une dernière précision concernant ces résultats. Si vous vendez des Calls au mid-price comme je vous le conseille, vous pouvez économiser au minimum $8500 sur la durée de la stratégie. Faisant passer la performance globale du Celtinvest Call Write Index de -30,1% à -21%. J’espère que cela vous aidera à mieux comprendre l’intérêt de passer vos ordres à cours limites au mid-price.

 

Vendre des Calls, ce n’est pas dangereux.

Le trading sur options ce n’est pas binaire*, c’est beaucoup plus subtil et affirmer que “quand tu vends des Puts, tu es mort”, c’est plutôt binaire.

Avoir de l’expérience c’est essentiel en trading, mais cela ne signifie pas pour autant que l’on maitrise toutes les subtilités du trading. Parce que si vous partez avec l’idée que la vente d’options = la mort, eh bien, vous ne testez jamais, vous restez sur un dogme qui n’a aucun bien-fondé. Les gens viennent avec leur expérience dire telle ou telle “vérité”. Oui, mais moi aussi, je viens avec mon expérience dire le contraire. Alors qui croire ?

Tout simplement les chiffres. Les chiffres ne mentent pas (si on les utilise à bon escient). Avec les exemples que je vous donne dans mon livre et les deux études que je vous ai montrées, vous pouvez voir que la vente d’options cela peut être plus ou moins rentable (mieux vaut apprendre à bien le faire). Mais qu’en tout cas, c’est beaucoup moins volatil que d’intervenir directement sur les sous-jacents.

Pour conclure cette démonstration sur la vente d’option, je tiens encore une fois à affirmer, et je l’ai prouvé, que si la vente d’options est bien faite, c’est à dire sur le bon sous-jacent, au bon moment et surtout SANS LEVIER, elle n’a rien de mortel pour votre portefeuille!

 

J’ai passé plus de 7h à backtester et à préparer cet article. En « récompense » du travail accompli et surtout pour éviter que les gens continuent de propager des idées fausses concernant la vente d’options, merci de partager cet article sur les réseaux sociaux.

 

*Sauf celles qui le sont vraiment binaires, mais là, c’est de l’arnaque ! 

Post Author: Paul de Celtinvest

4 Replies to “Celtinvest Call Write Index, étude et résultats sur la vente de Call.”

  1. Je prends note de votre mise en garde contre les pessimistes de le “vente de calls”. Mes backtests vont dans le même sens que les vôtres.
    Et je diffuse votre message au mieux de mes possibilités.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre témoignage. En effet, les “pessimistes” feraient mieux de se donner la peine de faire des tests au lieu de propager des idées fausses. 😉

  2. Paul

    Ton article sur la vente de Call est très intéressant. ( Si j’ interprète correctement l’article).
    1 – Un trader Long snp voit son portefeuille passer de +100 000 à -256 000 son gain G= +156 000

    2 – Un trader Short snp voit son portefeuille passer de +100 000 à 100 000 -156 000 = – 56 000
    Le compte est DANS LE ROUGE IL FAUT LE RENFLOUER

    3 – Un trader short (\vendeur de call \
    voit son portefeuille passer de + 100 000 à + 69 000

    4 – Un trader short (\vendeur de call au mid Price \
    voit son portefeuille passer de + 100 000 à + 79 000

    J’ai entendu Jean Louis expliquer à la radio que certains avaient perdu 10 fois la prime des puts sur le Cac
    20110717 Cac = 3820 20170918 Cac =2691 au plus bas Ce qui fait – 1129 points de baisse en 2 mois
    Il a du adapter on tir ( surtout lui qui est relativement un trader de tendance).
    Mais ce sont ces exemples qui sont des distorsions de marché qui nous permettent de méditer et de nous adapter

    Comment fais tu pour back tester 2003 / 2017 sur une période aussi longue?
    Comment fais tu pour avoir une base de données options beaucoup plus importante que des futures?

    Ce matin j’étudiais VIAD ( au ralenti ). C’est un excellent cas d’école, à la différence que,
    VIAD est modérément baissier à court terme , la perte est plus facilement gérable

    Le CAC était très fortement baissier , la perte est plus difficilement gérable.
    Il serait intéressant de faire une étude avec des options.
    Qu’aurions nous fait dans ce cas de figure particulièrement difficile?

    Bonne Journée

    1. Pour les points 1, 2, 3 et 4, tu as parfaitement bien calculé les plus ou moins-values des différents scénarios.

      Une fois, j’ai fait une rapide simulation de ce qu’aurait pu coûter une vente de Put sur le CAC40 lors de la plus grosse chute de l’histoire (octobre 87 avec -25% sur le CAC en ouverture). La perte potentielle, aurait pu être de ~46 fois la prime touchée (la prime, pas la marge requise).

      Pour backtester l’étude du “Call Write Index”, je me suis servi des données d’un courtier US. Si tu veux avoir plus de détails, pose ta question dans le forum 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *