Brexit text with British and Eu flags illustration

Brexit par ci, Brexit par là… On mange du Brexit à toutes les sauces. Tout le monde y va de son article, de sa vidéo, de son reportage ou interview…
Je vais donc moi aussi faire un article dans lequel je vais vous donner mon point de vue sur le Brexit et une idée de trade qui correspond à celui-ci.

Brexit, qu’elles pourraient être les conséquences ?

Sortir de l’Europe serait une catastrophe pour les Anglais si l’on écoute la presse, les économistes ou les hommes politiques. En réalité, personne n’en sait rien ! Ce ne sont que des suppositions…

Les partisans du non pensent que les Anglais seraient écartés du marché Européen et que les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Angleterre seraient fortement diminués. Par conséquent cela entrainerait une récession pour le Royaume-Uni. En ce qui concerne la récession, ils y vont peut-être un peu fort, mais il faut bien avouer que le PIB a déjà commencé à baisser.

Les partisans du non veulent également nous faire croire que les sociétés financières vont fuir le Royaume-Uni pour venir s’installer en France. Non mais quelle blague! Sans déconner, vous croyez vraiment que les Bad Boys vont quitter la City pour venir s’installer chez “les Frogs” ? Je vous rappelle que notre Flamby national brigue un deuxième mandat. Et je vous rappelle qu’il a été élu en partie grâce à son projet de taxe à 75{f4552fb4856f046c48bb996b8c5a76f1b7926f30f262d362951b8d3e70ae3ffe}. Vu son bilan calamiteux, il va devoir promettre une taxe à 90{f4552fb4856f046c48bb996b8c5a76f1b7926f30f262d362951b8d3e70ae3ffe} la prochaine fois pour être élu !   Il faut vraiment être bête comme ses pieds pour croire que le cercle de la finance va venir s’installer en France quand on sait comment les entreprises sont traitées dans notre pays…

En réalité, les partisans du non ont surtout la trouille que cela mette la zizanie dans les rangs européens. En effet, la politique de Bruxelles laisse réellement à désirer et de plus en plus d’états se demandent si finalement l’Europe telle qu’elle est, est une bonne chose. Et puis, si un pilier comme la Grande-Bretagne venait à partir, il serait de plus en plus difficile à l’Allemagne et à la France de tenir les rênes de l’Europe.

Voici un article très complet de l’économiste Philippe Waetcher que je vous recommande de lire également.

 

Alors pourquoi Cameron joue-t-il la carte du Brexit ?
C’est purement politique. D’abord parce que pendant ce temps, on ne parle pas des sujets qui fâchent comme l’emploi et l’immigration et aussi pour mettre la pression à l’Europe et obtenir des accords en sa faveur. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

Je vous rappelle que même la Grèce qui avait toutes les raisons de quitter l’Euro (pas l’Europe) ne l’a pas fait. Depuis la création de l’Europe et de l’Euro, on est vraiment rentré dans un dogme. Une croyance que rien ne peut exister en dehors de ce groupe de pays et que quiconque en sortirait serait immédiatement perdu à jamais…

 

Brexit, que se passerait-il si le oui l’emportait malgré tout ?

Rien, il ne se passera probablement rien. Eh oui, ce n’est malheureusement pas parce que le peuple dit non que les politiques lui donnent raison. Je vous rappelle que les Français ne voulaient pas de Maastricht du traité de Rome* et qu’ils ont eu Lisbonne. Et que récemment nos amis Grecs ont voté non contre la rigueur et pourtant Alexis Tsipras a dit oui à toutes les demandes de la troïka et les Grecs sont toujours autant dans la merde.

C’est pourquoi, même si le oui venait à sortir vainqueur (ce que je ne crois pas), les Anglais ne sortiront pas de l’Europe, tout simplement parce que politiquement, aucun élu ne le souhaite.

 

Brexit, quelle opportunité de trading ?

Tout ce remue-ménage pour rien me direz-vous ? Non, nous allons voir comment il pourrait être possible d’appliquer un adage boursier réellement pertinent qui dit ceci: “Acheter la rumeur et vendre la nouvelle”. C’est exactement ce qu’il convient de faire dans le cas du pseudo Brexit. Plus les médias vont relayer la sortie de l’Europe et plus la monnaie anglaise risque de se déprécier par anticipation. Or comme je pense que les Anglais vont dire non, la livre sterling va reprendre de la valeur face à l’€ et au $.

J’utiliserai donc l’ETF FXB (l’équivalent de la devise GBP/USD) pour trader ce scénario.
Au moment où j’écris cet article, FXB est trop haut. Je vais le surveiller jusqu’au 22 juin, veille du référendum. Si FXB venait à rechuter avant le référendum, je chercherai à mettre en place un trade avec des options. Probablement un Bull Call Spread ou un Bull Put Spread pour avoir les probabilités de réussite en ma faveur.

 
 

*Edité le 21/05. Merci à un fidèle lecteur de m’avoir indiqué cette erreur.

Inscrivez-vous à ma newsletter et recevez la première partie de mon livre sur les options

Inscrivez-vous à ma newsletter et recevez la première partie de mon livre sur les options

Comprendre les Options
 

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :