Qu’est-ce que le Short Squeeze et le Short Float ?

Short Squeeze et Short Float

Dans mon article du 6 février 2018, je disais ne pas avoir peur de la hausse soudaine du VIX car j’expliquais que celle-ci était due uniquement à un Short Squeeze et que la volatilité implicite du SP500 allait retomber à 15 dans les 30 à 60 jours. C’est exactement ce qui s’est produit.😉 Mais cet article a suscité des questions de la part de mes lecteurs. Même de la part de personnes très expérimentées. C’est pourquoi aujourd’hui je vais expliquer le concept de Short Squeeze et de Short Float.

 

Qu’est-ce que le Short Float ?

Le “Float” est le nombre d’actions disponibles et échangeables par le public sur le marché.

En prenant Apple comme exemple (source finviz), vous pouvez voir en bas à droite de cette copie d’écran (encadré rouge) que le nombre d’actions total est de 4,97 milliards (Shares Outstand) alors que le nombre d’actions disponibles au trading pour le public (Shares Float) n’est que de 4,91 milliards. Les 0,06 milliards d’actions restantes étant des actions privilégiées qui sont détenues, la plupart du temps, par les dirigeants.


Short Float AAPL

Le Short Float d’Apple n’est que de 0,94%. Ce qui veut dire que moins de 1% des actions en circulation sont vendues à découvert par des personnes qui pensent que le titre va baisser.

 

Voici maintenant un autre exemple avec Tesla (TSLA).

Short squeeze TSLA

Comme vous pouvez le constater, cette fois-ci, il y a plus de 30% des actions en circulation qui sont vendues à découvert par des spéculateurs qui veulent que le titre baisse.

Plus le Short Float est élevé et plus le risque de Short Squeeze est grand.

 

Qu’est-ce que le Short Squeeze ?

Un Short Squeeze est une très forte exagération haussière due à un déséquilibre entre l’offre et la demande (très grosse demande et très peu d’offre). Le Short Squeeze le plus célèbre de l’histoire est celui de Volkswagen, mais plus récemment, celui sur le VIX n’était pas mal non plus.

Comment cela se produit-il ?

En général, il y a deux mécanismes en jeu. Le “Buy-ins” et “Short Covering”.

 

Buy-ins : Quand vous vendez à découvert une action, votre courtier doit « emprunter » les actions. Si le préteur « couvre » (arrête de prêter), votre courtier doit emprunter à quelqu’un d’autre. Plus de gens « couvrent », plus il est difficile de trouver des actions à emprunter. Si jamais votre courtier n’arrive plus à trouver d’actions à emprunter, alors il va liquider votre position car il n’aura plus rien pour couvrir votre position short. Rassurez-vous, ceci n’arrive que très rarement.

 

Short Covering: Quand un grand pourcentage des actions sont vendues à découvert, le ratio entre l’offre et la demande a tendance à faire augmenter la pression acheteuse. Donc si l’action commence à grimper, de plus en plus de vendeurs à découvert voient leurs positions perdre de l’argent. Ils sont donc obligés de racheter leurs positions. En clôturant leurs positions, ils accélèrent encore davantage la hausse de l’action.

 

Comment profiter de la situation ?

Il existe plusieurs façons de profiter d’un « environnement » de Short Squeeze. Vous pouvez le faire en mode « investisseur » ou alors en mode « spéculateur ». Les deux idées ci-dessous ne sont pas des recommandations, mais des exemples éducatifs.

 

Mode investisseur : Vendre à découvert peut coûter cher. En effet, comme je vous l’ai expliqué dans le chapitre précédent, lorsque l’on veut vendre à découvert une action, il faut emprunter le titre à son broker. Le broker va donc « piocher » dans les actions de ses clients. Pour remercier ses clients, certains brokers vont rémunérer ceux-ci en leur donnant une partie des intérêts perçus pour la location des actions. C’est le cas avec l’offre de TradeStation Global. Le courtier vous versera 50% des intérêts. Cela peut permettre à un investisseur d’augmenter son rendement sans rien à voir à faire. Ci-dessous un tableau de 3 sociétés dont les intérêts (encadrés en jaune) sont facturés au vendeur à découvert.

Short Float Interest

Si vous prêtez vos action Applied Optoelectronics (AAOI), cela vous rapportera un intérêt de ~13% par an (la moitié de 26%). Donc en supposant que vous possédiez 100 actions AAOI pour une valeur de $4536 (100 x $45,36), vous pourrez toucher un intérêt de $147,50 rien que pour avoir prêté vos actions pendant 3 mois ($4536 x 13 / 100 / 4).

 

Mode spéculateur : Repérez des actions avec un Short Float élevé et qui sont susceptibles de bouger suite à une news. Puis achetez un Call ou un Bull Call Spread très OTM. En effet, avec une hausse violente et une augmentation de volatilité (ce qui se produit pratiquement toujours avec un Short Squeeze), votre option ou Spread OTM va exploser à la hausse également et vous donner un très gros rendement.

 

Avertissement : Attention, un Short Float élevé signifie que beaucoup de gros spéculateurs sont en vente à découvert. C’est donc certainement que la société ne se porte pas très bien. Que vous soyez en mode investisseur ou spéculateur, utiliser les options pour vous garantir un risque limité pour mettre en place vos trades.

 

Bons trades !

A bientôt.

4 commentaires

  1. Olivier dit

    Bonjour Paul, je connaissait le short squeeze mais j’ai appris dans votre article où pécho l’info pour les actions.
    Par contre pour les contrats futures, il n’y a qu’un nombre d’open intérest (à chaque PO il y a un acheteur et un vendeur) ,
    et donc pour le VIX l’info n’est pas disponible, sauf que l’on a la répartition entre les “Commercial hedgers” et les “Larges traders”, autant sur un actif comme le pétrole il y a les négociants et les spéculateurs de gros calibre, autant sur le VIX je me demande à quelle type de d’intervenants correspondent les “commercial hedgers” ?

    Pour illustrer le propos sous le graphe du VIX il y a le commitment of traders :
    https://finviz.com/futures_charts.ashx?t=VX&p=NO

    • Paul de Celtinvest dit

      Bonjour Olivier,
      Je serais tenté de dire que les “commercial hedgers” sont les personnes exposés structurellement long sur les marchés comme les fonds de pension par exemple.

  2. Sylvain dit

    Bonjour,

    Je ne comprends pas ce qu’a de particulier le short squeeze. Il se produit lorsque le cours d’une action shortée commence à monter, ce qui oblige les vendeurs à découvert à racheter leurs positions, faisant encore davantage monter l’action. Mais pourquoi n’y aurait-il pas aussi des “long squeeze”? Après tout, si un acheteur d’une action voit le cours de celle-ci baisser, il pourrait vendre pour éviter de perdre sa mise, et cela va accentuer encore la chute du cours. Il n’y a pas de raison évidente à ce que les vendeurs à découvert débouclent plus vite leurs positions que ceux qui sont long.

    Bref, pourquoi cette asymétrie? Est-ce parce que la vente à découvert expose à un perte illimitée, alors qu’être long n’expose qu’à une perte limitée (sa mise de départ)? Est-ce parce que la vente à découvert oblige à payer des intérêts sur les actions empruntées, donc qu’on a une pression supplémentaire pour ne pas rester avec une position perdante (alors qu’il est fréquent que les investisseurs gardent des actions qui ont baissé en se disant qu’à long terme, elles vont remonter)? Ou bien y a-t-il une forme d’irrationalité des investisseurs, qui ont si peur de se faire “doucher” qu’ils se précipitent sur leur clavier pour racheter leurs positions short au moindre signe de hausse?

    P.S : j’ai bien compris le principe du buy-ins, mais vous dîtes que c’est un phénomène marginal, donc je n’en ai pas tenu compte dans mon propos.

    • Paul de Celtinvest dit

      Bonjour Sylvain,
      Vous avez raison, les mouvements sont souvent plus violents à la baisse qu’à la hausse. Cependant, il est un fait que la vente à découvert favorise l’accélération à la hausse lorsque les spéculateurs débouclent massivement et rapidement leurs positions.
      “Amusez-vous” à vérifier le % de Short Float lorsqu’une action a subi une hausse violente, vous pourrez constater la baisse du % de Short Float sur plusieurs semaines au fur et à mesure que l’action grimpe.

      Il n’y a pas vraiment “d’asymétrie”. J’explique simplement un langage et un phénomène boursier qu’est le Short Squeeze.
      Le “long Squeeze” comme vous dîtes, s’appelle un “Flush” (chasse d’eau)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *